Voici comment j’ai fait aimer le « vrai » pain à ma fille de huit ans. Un bon pain au levain, traditionnel, parfumé à la croûte croustillante, alors qu’elle ne jurait que par le « pain de mie carré » bien blanc…

À cette époque, je suivais les ateliers Quintessence de l’École des cinq sens avec Romola Sabourin, sa fondatrice. C’est quelque temps après son atelier sur le goût et l’odorat que j’ai appliqué l’un de ses exercices à ma fille. Pour ceux qui connaissent la pleine conscience et le programme MBSR, c’est exactement le même principe que l’exercice du raisin sec mis au point par Jon Kabat-Zinn.

J’ai préparé pour son goûter une tartine de pain au levain, légèrement grillée et beurrée, et voici, en gros, ce que je lui ai dit :
« Assieds-toi confortablement sur ta chaise, bien droite mais sans être raide, et commence par regarder ta tartine. Prends-la dans tes mains et explore-la sous toutes les coutures, comme si tu la voyais pour la première fois. Regarde les différentes couleurs, ressens avec tes doigts la température, les textures, écoute le bruit qu’elle fait quand tu appuies dessus.

Puis quand tu penses en avoir fait le tour, ferme les yeux, approche-la de ton nez et renifle-la. Ce que tu sens te fait-il penser à quelque chose ? Ensuite, approche-la doucement de ta bouche, et toujours les yeux fermés, touche la de tes lèvres, puis prends en une petite bouchée, sans encore la mâcher. Note dans ta tête ce que tu ressens. Tu peux commencer à mâcher ta bouchée. Sois attentive à ta salive, aux mouvements que fait ta langue, à tout ce qui se passe dans ta bouche pendant que tu mâches. Quand tu avaleras, essaie de suivre le trajet de ta tartine dans ta gorge, puis son chemin vers ton ventre. Puis recommence avec une autre bouchée, et ainsi de suite. »

« Maman, il est trop bon ton pain ! ». Depuis, c’est le seul pain que nous avons à la maison. Magique, non ?