Que ce soit pour des raisons religieuses, éthiques, culturelles ou liées à leur santé, de plus en plus de personnes adoptent un régime alimentaire végétarien, voire plus radical encore. Avec tous les dérivés « veg » on s’y perd facilement. Végétarisme, végétalisme, véganisme : voici un petit résumé des différents courants.

Le végétarisme est essentiellement un choix alimentaire. Une personne végétarienne exclut de son alimentation les viandes rouges et blanches, les poissons et les fruits de mer.
Plusieurs formes de végétarisme existent :

– l’ovo-lacto-végétarisme, qui inclut les œufs et les produits laitiers,
le lacto-végétarisme, qui exclut les œufs mais conserve les produits laitiers,
– l’ovo-végétarisme, qui exclut les produits laitiers mais autorise les œufs.

Le végétalisme fait référence à un régime alimentaire ne comportant que des aliments provenant du monde végétal. Cela exclut donc également les œufs, le lait, le miel…
Le végétalisme a également ses sous-catégories :

– le fruitarisme a pour principe de ne pas détruire de plantes pour se nourrir, donc consommer exclusivement les fruits, graines, et matières issues de plantes. Les pommes de terre, par exemple, sont exclues,
– le crudi-végétalisme consiste à manger végétalien et cru.

Le véganisme : au delà de l’alimentation végétalienne, la personne végane exclut de son mode de vie et de sa consommation tout ce qui implique une exploitation animale (à l’exception des micro-organismes tels que levures et bactéries). Elle ne porte pas de vêtements en fourrure, en laine, en soie ou en cuir, n’utilise pas de cosmétiques ou ménagers testés sur les animaux, ne va pas dans les cirques ou dans les parcs avec animaux, ne chasse ni ne pêche, etc.

Personnellement je suis omnivore. Personne n’est parfait…